golfe de gascogne sous spi

golfe de gascogne sous spi

mercredi 15 février 2012

transquadra 2011-2012 debrief à l'arrivée

De retour après quelques jours d'absence lié à la perte de mon ordi de bord. en effet nous l'avons malencontreusement "refroidi" par une vague qui a submergé le pont avec le capot ouvert. plus du tout d'infos météo, plus de routage, et donc la fin du parcours menée à l'ancienne.
je suis impressionné par votre soutien et par votre présence aussi nombreuse pendant la course sur le blog, çà nous fait vraiment plaisir et mille mercis pour tous vos messages.
Un remerciement particulier à Alain F pour son investissement sa disponibilité, sa sensibilité, son humour, et pour nous avoir tenu informé par SMS réguliers
de la météo, de notre position sur cette fin de parcours. Grand grand merci à toi Alain !!!
Si je fais un petit bilan de cette aventure, nous avons vraiment pris un plaisir immense à concourir avec 100 bateaux,dans une course au large où beaucoup de concurrents  ont une énorme expérience en mini, en figaro, ou sur des tours du monde. De belles rencontres également
sur les quais de porto santo avant le départ, beaucoup d'entraide et de chaleur humaine. "
Notre performance de 25ième en temps nous déçoit un peu évidemment mais je crois que nous avons eu droit à une année sans alizé établi, peu de vent sauf sur 3 jours, c'est peu. nous avions imaginé un alizé à 15-20 nds sur tout le parcours, seule condition pour nous de faire la course en tête (la souris mermon avait les ailes
coupées pour rentrer dans la jauge transquadra et du fait était très handicapé par petit temps). ce petit temps de la première semaine ne nous a pas permis de développer la stratégie qui était la notre de descendre un peu au sud, pas assez de vitesse, ensuite nous avons "tricoté" pas toujours à propos pour limiter le retard en espérant se rattraper, le vent venu, mais 3 jours de vent c'était trop peu. Sur ces 3 jours avec un vent soutenu, j'ai découvert un bateau fabuleux,  facile à mener même à des vitesses entre 15 et 20 nds. Le bateau était prêt (pas d'avarie), l'équipage aussi (pas de bobos,
une grosse pêche malgré le peu de sommeil à certains moments),  prêt à affronter ce temps sur tout le parcours. je suis convaincu aujourd'hui que notre ambition de victoire était réaliste dans des conditions de vent soutenu.
Un moment de doute pendant le parcours lorsque NOTA BENE (Frist 36.7) nous est apparu sur l'arrière, nous a rattrapé par 8 nds de vent, nous a dépassé sous le vent à la régulière,  en nous prenant en photos par tous les cotés,et a disparu à l'horizon ....
Pas un poisson à bord malgré une ligne souvent à l'eau, pas une seule coryphène pour améliorer notre ordinaire. bizarre, ma dernière traversée, je pêchais tous les  jours...
De très beaux souvenirs de nuits étoilées, ou de pleine lune.
Des moments impressionnants sous des orages souvent la nuit, beaucoup de pluie, un peu redoutés au début puis attendus par la suite  vu notre confiance dans le bateau.
A bientôt à tous, quelques photos  et films à suivre.
Un grand merci à lulu de m'avoir accompagné dans cette aventure
Bises à Tous et encore merci
Jean paul

dimanche 12 février 2012

TERRE et tous vos comments terre !

Arrivée de la Souris-Mermon à 7h 38 (heure Paris) ce lundi matin. 23ème au temps réel. Nous attendons les savants calculs de rating pour connaitre la position officielle. 

TERRE et tous vos comments terre

Petit message à l'intention de nos marins favoris :
Ah la belle équipe !
Quelle course magnifique vous nous avez fait vivre ! c'était vraiment un pur bonheur !
des 50-60ème rang des 1er jours vous avez amenez la souris à 22-24-23 place...avec un record de distance en 24h. Dommage que ce vent n'ait pas été au rendez vous mais quoiqu'il en soit je vous imagine heureux d'être là, pour ce fameux verre de rhum !
Bravo pour votre périple, votre fantatisque remontée, vos rêves que vous avez su rendre réalité, votre souris apprivoisée,
Merci de nous avoir fait partager ce très bon moment, c'était une véritable traversée par procuration.
Bravo, félicitations, vous nous avez fait vibrer...
et une spéciale dédicace pour toi Alain, pour tes commentaires réguliers, humoristiques, culturels, riches, sympathiques en un mot attendus chaque jour !
Je mise sur une ETA lundi 4h30 en TU+1 soit dimanche soir 23h30 pour eux
Merci à tous et encore BRAVO
Christophe JACQUES

video

Mille bravos à vous deux, glorieux marins du "bobato", ce fut une bien belle traversée, pas de tout repos si j'ai bien compris. Profitez à plein des prochains jours.
Thierry
P.S. Je vous fait part du message que Monsieur le Ministre m'a chargé de vous transmettre. Il est très fier de vous qui avez su porter haut le courage cher à notre Nation dans ces moments difficiles. Vous êtes un extraordinaire exemple pour notre jeunesse qui a tant besoin de héros à votre image. Par ailleurs il vous rappelle les termes du contrat (hum,hum...) et pense à vous bien évidemment pour une récompense honorifique à la hauteur de votre mérite pour le prochain quinquennat.
*-*-*-*-*-*-*
A l'attention de nos valeureux marins,
Attention à la descente du bateau !
Très fiers de la perf réalisée.
JP, lorsque tu seras rentré en métropole et que tu auras un moment à consacrer à tes amis de la SG, organise nous un déjeuner au "Grain de Poivre" pour nous raconter les folles chevauchées sous spi, les moments d'énervement à voir le tangon se décrocher, les belles nuits d'alizés et puis, enfin, votre tactique de course notamment lors des derniers milles ??? C'est vrai que je t'avais dit que mon stock de rhum de Marie Galante est épuisé mais il ne me semble pas que je t'avais demandé de m'en ramener un cubi !
Donc, route vers Le Marin...
Allez, bonne fin de course. Faites nous une belle arrivée, une belle fête avec vos doudous et à très bientôt.
Françoise et Jean-Louis, petits plaisanciers

Vous avez eu chaud !!

*-*-*-*-*-*-*

Un grand salut fraternel aux sourismermonistes! On ne se connaît pas, sauf par blog et Alain interposés mais nous avons en commun l'émotion partagée d'une transat en course. Pour moi, c'était en 2008. Merci de m'avoir replongé dans l'ambiance des grands bords sous spi musclés, quand on ne sait plus vraiment comment qu'on freine, mais qu'on sait par contre très bien qu'il ne faut pas sortir des rails, même s'ils sont invisibles. Surtout pas, sinon ça casse...
Vive Argos qui aide les petits terriens à surfer sur la houle du grand large.
Et bravo aux marins qui s'y lancent en vrai.
Attention au petit rhum de l'arrivée, le traître qui vous prend par surprise alors qu'on n'a plus la pratique. Rassurez-vous sur ce plan on se réhabitue très vite.
Pour la réaccoutumance à la vie terrestre dite "normale", c'est plus difficile!
Salutations océanes
Bruno Badiche

*-*-*-*-*-*-*

Félicitation les navigateurs pour ce périple trépidant et passionnant vue de notre bout d’ile qu’est le continent;
Je suis tellement fier de vous et surtout de mon papa qui me prouve tous les jours qu’il ne faut jamais renoncer à ses rêves.
J’avais presque l’impression d’être avec vous durant ces quelques jours. Vous m’avez permis de m’évader.
Et cette remontée épique de presque 40 places. Dommage que vous n’ayez pas remonté autant de bateau que d’anniversaires fêtés.
Enfin bon, vous avez dû prendre un plaisir fou à naviguer durant cette belle traversée malgré les difficultés climatiques.
Bises à vous et merci JP pour cette aventure.
Je compte sur toi pour repartir avec moi.
Quentin

*-*-*-*-*-*-*

Ce n'est pas ce terrible Guéant qui va nous gâcher ce grand plaisir émouvant de voir nos deux héros à terre, arrivés. Ce n'est pas cette électronique, qui va les empêcher de savourer les rhums en Martinique avec leurs chéries toutes bronzées.
La Souris et le Mermon
La souris nous a tenu en haleine, et même en haut des amermonts blêmes, par un froid glacial, j'étais accro aux chroniques de Mr Fredaigue...
Et dire que je n'aime pas le bateau sur l'eau ...
Bisous, Flo

*-*-*-*-*-*-*

Bravo à nos deux valeureux coureurs des océans…
Bravo au merveilleux rédacteur de ces pages d’aventure et d’humour…
Maintenant qu’ils sont presque arrivée je me permets de rêver que dans un futur proche le sillage de la Souris croisera ceux du Sum-Sum dans le cadre plus calme de la Bretagne ou des Açores… Pour raconter autour d’un verre les belles escapades maritimes, les souvenirs cap verdiens avec Sylvie et la superbe fin de course de la souris enragée… plus que 3 coques à rattraper et c’est sous la 20ème place.
Après l’effort le réconfort…..
RDV là par 39°08’26 ‘’ N et 31°08’45’’ W
Bon rhum à tous et surtout ne pas oublier que tout au nord de la Martinique il y a la distillerie JM des héritiers Crassous de Medeuil, et là Lamauny ou 3 Rivières sont loin derrière !
Bises Glacées
Henry Martine Léon Margot Anatole

*-*-*-*-*-*-*

Les Souris dansent et la femme boit

“le samedi 11: juste du feeling, les garçons, du feeling juste comme vous savez si bien faire. Bravo encore pour cette si belle remontée, je ne verrai peut-être pas la fin sur le blog ni in live (because dans l’avion) mais je mesure la chance de vivre l’après. J’ai hâte de vous retrouver. Sylvie”
*-*-*-*-*-*-*

Super de pouvoir vous suivre au jour le jour sur cette  traversée ; encore bravo !  bonne adaptation au monde des terriens, n'abusez quand même pas trop du bologne !!
Lucio
*-*-*-*-*-*-*
...depuis la Bretagne nord. Je vois un petit point au loin.
Sûrement la Souris prête à jeter l'ancre dans la première
guinguette venue. Bravo les marins !
N'oubliez pas de boire un ti'punch à ma santé.
Je boirai un grog à la vôtre.
 Bizzz Olivia




Je dirais : la Mer nous dit une nouvelle fois qu'il faut rester humble.
Toute cette technologie fantastique qui nous a permis de suivre heure par heure l'aventure, et la Mer reprend la main, fait taire la technologie et nous replonge à l'époque de l'Odyssée. Pas de nouvelles tant qu'on ne voit rien pour ces derniers milles.
Reprenons notre ouvrage Pénélope et soyons sereins.
Bises.
Christophe A.

*-*-*-*-*-*-*
Un petit message d’embrumssades via le net à défaut d’être sur place. Celle qui pompe toute l’eau même celle de la mer …. reste une fan des Chats mouillés, salés qui se sont faits rincer quelques semaines avant de retrouver la terre ferme ..pour une belle aventure  avec leurs sirènes à l’arrivée J Bravo pour cette énergie qui ne te quitte pas relayée par un fan club impressionnant  et un compagnon de route sûrement de ton acabit, à très vite. Des bisous.
Flo 2k & Co

*-*-*-*-*-*-*
    Le marin revient à la terre,
    la mer salée en lui,
    houleuse, aux vertiges multiples.
    Joie, défi, nostalgie
    se confondent en lui
    Au port, l'amour, les amis.
    Le vin blanc frais
    coule dans sa gorge
    et l'apaise.
    Il est prêt à repartir.
Odette


*-*-*-*-*-*-*
Cette aventure a commencé il y a très longtemps...
D'abord il y a eu la rencontre de François et de Jean-Paul
Ils ont bien déliré!!
Longtemps après, tous les amis de Jean-Paul sont venu fêter son demi-siècle, lors d'une fête mémorable, avec un super cadeau...
Et voila, ils finissent le bateau... si facilement!!!
Ils s'entraînent
Ils cassent
Philosophie de la Souris-Mermon
Ils réparent
Ils cassent
Ils réparent
Et puis voila, il faut y aller...
Quelle aventure!
Depuis combien d'années, ils ne comptent plus
Des coups de mains de certains
Des petits sponsors en réconfort
Combien de galères, combien de petites joies, de grandes joies...
Et puis...
Et puis...
Ca y est, ils l'ont fait!

Ils nous ont tenu en haleine...
Tous les jours
Tous les jours,
Et encore (ou surtout) aujourd'hui!!
Bravo les gars, de vraies stars, quel charisme,
qu'ils sont beaux...
merci Jean-Paul, Merci François, Merci JP, Merci Lulu
on vous aime
La Souris Mermon et tous ses amis
PS : Petite question à Jean-Paul : est ce que ce cadeau était vraiment un cadeau??
Alain Montier

*-*-*-*-*-*-*
La SM, quesaco ?
Sado-maso ?
Souriant-mouvant ?
Sensible-mobile ?
Sérieux-morveux ?
Sardine-moffin ?
Saint-Naz-Marin ?
Mais non, c’est La Souris-Mermon
Gonflé à bloc pour la régate !
Bises aux marins au Marin
Job

*-*-*-*-*-*-*
Bonjour,
Toute les bonnes choses ont une fin.
Bravo à JP et Lulu; ils se battent jusqu'au bout (là je reconnais bien la hargne de JP que je connais bien à table de ping-pong).
Merci de nous avoir fait participer à aux aventures de la Souris Mermon.
Un grand bravo à Alain pour avoir animer ce périple avec humour et un niveau de culture remarquable.
Bien qu'inculte dans ce domaine de la voile je me suis pris au jeu d'aller sur le blog et de vérifier leur position plusieurs fois par jour.
Bon retour à la terre ferme, arrosez bien vos retrouvailles avec vos proches et à bientôt sur Nantes.
Guy Levesque

*-*-*-*-*-*-*
Bravo à la souris en mer/mon pour cette magnifique épopée que nous avons suivie avec grand plaisir grace à notre reporter Alain.
On vous embrasse!
Brigitte & Jean-François

*-*-*-*-*-*-* 
Bravo aux 2 loups de mer bretons qui n’ont pas démérité en remontant 30 places,
encore un petit effort et dans 10 ans vous gagnerez la transsexa!!!
Dan
*-*-*-*-*-*-*
On est un petit peu déçus, quoique le principal soit d'être dans la première moitié de la flotte à l'arrivée !!
On a espéré jusqu'au bout qu'ils feraient 15e, mais on se doute que ce n'est pas facile de rentrer au Marin sans météo ni GPS (et ncore, il y a peut-être de la casse par ailleurs). Un grand bravo pour la persévérance des marins, une grosse admiration et courage pour la suite, parce qu'il y a encore
Je ne pensais pas me laisser prendre au jeu à ce point, mais si, je me suis trouvée accro à la course et au blog.
Un grand hourrah spécial pour Lulu, qui a eu l'occasion de bricoler encore cette fois.
Nadine

Arrivée du premier bateau

Thinkanalytic a franchi la ligne d'arrivée à 8h40 (2h 40 heure locale).

La Souris-Mermon est à 127 milles et pointe à la 23 ème place. Pas certain que le dernier grand coup d'Ouest aura été payant autant qu'espéré. Le vent faiblit dangereusement et l'ETA recule.. Pas une raison pour mettre le moteur !!

A plus tard

samedi 11 février 2012

Bonne nuit

Bonne nuit à nos valeureux. La dernière de cette aventure. Celle où l'on prend conscience que l'on a vécu une vraie aventure humaine. La Souris-Mermon fonce de ses 9 noeuds, c'est la récompense des longs bords vers l'Ouest.
Le vent faiblit mais reste suffisamment soutenu pour bien faire glisser le bateau. Une nuit magique que l'on laisse à nos deux z'heureux.
Le fameux ETA peut laisser espérer une arrivée demain dans la soirée. Bref, le pari du dimanche !
Bonne nuit à tous

Saloperie d'ETA

C'est où le Nord ?

Courage ami(e)s de la Souris-Mermon, votre longue traversée s'achève... mais va falloir patienter encore un peu car il y a de plus en plus de chances pour que le grand final se fasse lundi raviolis. Les évènements de la nuit ayant montrés que rien n'est jamais acquis en mer. A commencer par cette sacro-sainte confiance que nous faisons dans l'électronique, laquelle n'aimant pas l'eau salée à rendu l'âme à bord de la Souris-Mermon. Plus de messages des z'heureux jusqu'à l'arrivée et plus de prévisions météo ... ce qui complique l'affaire. On a compensé par l'envoi de SMS via satellite, mais cela est moins précis pour nos marins qui en veulent.. Coté nav, là aussi, l'option grand ouest a été reprise par pas mal de bateaux de la flotte.. Mimétisme ou raisonnement acéré.. En tout cas, la Souris-Mermon ne se pose plus de question et se positionne au petit matin (heure locale) quasi la plus à l'ouest de la flotte. Le vent va s'affaiblissant dans les prochaines 48 h et passer plein Est, la Souris-Mermon pourrait se transformer en fourmi et tirer parti de ses provisions de cap.

Utilisation du sextant vu par Citroën dans les années 80
Par principe, sur mer, le premier besoin est de savoir quelle direction prendre et surtout comment la tenir. Les phéniciens ont commencé en mettant une paille avec un bout de ferraille aimanté dans une bassine d'huile. Pratique car à l’arrivée ils pouvaient se faire des frites. Puis sur le même principe, on a inventé la boussole. Moins pratique quand on la perd.  Là où les choses se compliquent c'est quand on cherche à savoir où on se trouve au milieu de l'eau. Sorte d’interrogation métaphysique qui ne touche le terrien que lorsqu’il rentre d’une fête à 4 h du matin. C'est le sextant qui a permis ce petit miracle... enfin ce n'a jamais été Lourdes pour moi. Les rares fois où j'ai fait un point avec un sextant, je me retrouvais au mieux dans le chœur de l'abbaye de Westminster alors que je cinglais en direction du Portugal !! Puis est venu le charme de la gonio. Vrai rituel de petit radio amateur, dont la précision se compensait à coup de verre de rhum. C’est au bout de deux ou trois ti-punch que l’on arrivait à reconnaître le chant des phares et se dire qu’au final, que l’on arrivera quand on arrivera.
Le sextant pour s'orienter
dans l'espace

Avec le GPS les choses ont diaboliquement changé. Nous voilà épinglé sur les cartes virtuelles à la dizaine de mètres près. Pour le plus grand bonheur des terriens qui peuvent suivre les ébats nautiques depuis leur canapé en sirotant un malibu et en regardant Thalassa.
Mais sur les GPS, il y a une fonction pernicieuse qui a modifié la perception du voyage sur l’eau. C’est l’ETA ou horaire estimé d’arrivée. Et voilà que nos fiers marins du mois d’août qui tentent la traversée Quiberon-Belle île  se prennent à définir leur navigation en fonction de l’ETA. Il suffit que le vent faiblisse ou tourne légèrement, faisant chuter d’autant l’ETA pour que les moteurs se mettent à rugir instantanément. Dès fois que l’on raterait l’heure de l’apéro-olives-saucisson. Pire que le tue l’amour, l’ETA a plombé la rêverie maritime matinée d’incertitudes et de discussions sans fin sur les hypothèses d’heure d’arrivée.

Si vous ne trouvez pas la réponse,
rien ne vaut un bon Thalassa !
Il en sera de même pour nos valeureux qui n’ont plus d’ordi, ce qui nous oblige à sortir la calculette et à imaginer une arrivée coincée entre deux grandes fourchettes.
Je vous redonne le problème du jour : Ils étaient ce matin à 6h du mat (on va causer dans leur heure à eux désormais, cela sera plus clair) à 293 milles de l’arrivée. Ils filaient à 9 nœuds et des bananes de Martinique. Mais sachant qu’ils n’étaient pas dans le cap direct (tjrs ce foutu Ouest – ils ont envie de se les jouer à la Moitessier ou quoi ?) et que le vent devrait s’affaiblir dans les heures à venir !!! A quelle heure seront-ils au Marin, et quel jour ?
C’est quand même autre chose que d’appuyer sur cette saloperie de bouton ETA !!!

Deux choses importantes pour conclure ce long bavardage : Allez sur le blog de Enki qui est bord à bord avec notre Souris-Mermon. C’est bon de connaître les secrets de l’ennemi mais c’est dommage qu’ils ne soient pas anglais, on aurait pu les couler !
->  http://enki-bm.over-blog.com/

La collection de souvenirs, félicitations, photos, films, dessins, textes et autres expressions libres est ouverte, afin de réaliser la last page de ce blog.  J’ai reçu quelques mails, mais bien loin de l’engouement que vous avez apporté depuis 15 jours. On bouclera cela d’ici demain soir.. Mon mail : afredaigue@gmail.com

C’est le week-end, lachez vous.

vendredi 10 février 2012

Tête de nœuds

Hola, Hola… loin de moi de vouloir tenter une bassesse envers nos têtes de granit sous prétexte d’une jalousie mesquine de terrien frustré.
L’arrivée de plus en plus probable de la Souris-Mermon dans le port du Marin se profilant pour dimanche, (voilà qui va gâcher notre rituel Vivement Dimanche !!!!), les histoires de nœuds et de ETA vont devenir de plus en plus d’actualité.
De ce que nous pouvons dire de ces dernières 24 h chrono, c’est que la Souris-Mermon ne veut pas lâcher le morceau de morbier. Et là, où personne ne voyait d’option, elle a tenté un vatout d’honneur en faisant de l’ouest durant toute la nuit. Why ? Tell me why ?
Elle a enfin repris ses esprits en fin de matinée (après un bon café ??), refait du cap depuis et file son 9 noeuds, à moins de 500 milles de l'arrivée.
Et non m... ils remettent cela au pointage de 16h...

Tentatives d’explication sur cette ultime manœuvre.
Un bateau a des polaires comme d’autres des humeurs. CQFD : Il va plus où moins vite selon les angles et sa garde robe avec une vitesse max dans une configuration donnée.
Vu que Lulu dit la planche de CP est à bord, il doit avoir une petite idée des polaires de la Souris-Mermon. Ils ont donc pris le parti de remonter un peu vers l’ouest pour modifier leur angle d’attaque et tenter d’atteindre ainsi le graal de la polaire max. Avec cette option, ils rallongent un peu leur route. Le jeu en vaut il la souris ? Verdict sans appel dimanche !!!

Vu l’accélération qu’a pris cette fin de transat, me voilà bien pris au dépourvu pour dérouler mes chroniques techniques que je vous avais promises. Adieu le petit cours de matelotage virtuel, l’exploration de la garde robe de la Souris-Mermon ou de la dérive du nord magnétique.
Bateau sans polaire et sans noeud

Va falloir faire vite et on ne va pas se lancer dans un référendum improvisé de dernière minute pour choisir quel sujet vous intéresse. Hormis celui essentiel du comparatif entre les rhums : La Mauny, Trois Rivières et Rhum Duquesne.

Pourquoi la Souris-Mermon avance en nœuds pour parcourir des milles et pas des mailles qui sont réservés à la moutarde ? Comme tout le monde le sait, un mille nautique c’est 1852 mètres. Encore un truc de la Queen, allez vous me dire ? Mais non ! un mille c’est une minute d’arc sur la ligne de l’Equateur. Vous voilà bien avancé, mais vous pourrez dire merci à la Souris-Mermon lors de votre prochain diner en ville où vous brillerez comme le phare d’Ouessant devant vos convives.

Et mon nœud ! Sans voilà faire de mauvais jeu de mots…
Voyons ce que dit l’historien nautique : Autrefois, on estimait la vitesse du navire en jetant à l’avant une bûche (loch en néerlandais) et l’on mesurait le temps qu’elle prenait pour atteindre l’arrière. Plus tard on fabriqua un appareil nommé « loch » composé d’une planchette reliée à un filin étalonné avec des nœuds. On jetait la planchette à l’eau et on comptait les nœuds qui filaient durant le cours d’un sablier, alors le capitaine pouvait annoncer fièrement « nous filons 5 nœuds ».
La Souris-Mermon filant son petit 9,9 nœuds de moyenne, on espère tous qu’ils ne vont pas attaquer la coque pour filer leur loch et sachant qu'il leur reste 500 milles à parcourir. A quelle heure seront ils devant leur premier Ti-Punch ?

Vous voilà équipés pour suivre les dernières heures de cette passionnante aventure.

Il est clair que le rythme des posts va s’accélérer avec celui de vos encouragements et de vos paris durant tout ce WE.

Vous pourrez me féliciter de ne pas avoir fait un seul jeu de mot sur les fourrures polaires !! Je sais me tenir. Pas comme ce bateau (photographié par une amie avant-hier à Genève) qui aurait mieux fait de se la mettre plutôt que s’occuper de ses polaires !

Bonus du vendredi (c'est comme Le Monde) :
Comment les concurrents de la Transquadra vivent cette fin de course.
Quelques blogs actifs pour prendre la température de bord.. Merci Guy !
http://www.patchaque.fr/
http://www.charliz.org/
http://enki-bm.over-blog.com/
http://coeurdechauffe.blogspot.com/
http://www.bluestairs-transquadra.fr/page-3.html?PHPSESSID=64d903bd64a4ab8dfc7357d4ebb6e1d5

jeudi 9 février 2012

Fast but not furious

Pour célébrer l’exploit de nos valeureux, il fallait bien faire appel aux plus grands.
Rendons hommage à Loick Peyron à qui nous empruntons le titre de ce post.
Ce soir, il colle parfaitement à la situation de nos z’heureux. Aller vite, mais surtout ne pas casser le matériel. C’est la recette pour grignoter les quelques places qui vont les faire basculer dans la tranche de la dizaine.

J+ 13 sans une goutte d’alcool et la dream team a l’air au top (voir la dernière photo satellite au moment du changement de quart).
Les z'heureux viennent de croquer "Brocoli"
Les messages bananés de la Souris-Mermon nous rassurent sur leurs capacités à tenir. Avec deux têtes de pioche de bretons et sur un tel final, c’est le mental de granit qui va faire la différence.
Après une indigestion de rafiots, la Souris-Mermon fait une petite pause digestive (une chartreuse avec un glaçon ?). Faut dire que les prochains vont être de gros morceaux à avaler.



Mais au vu de ces derniers 24 h chrono, les plus grands navigateurs ont souhaité commenter l’exploit. Laissons-leur la parole :

La Souris-Mermon, c’est la course de toute une équipe aussi bien en mer que sur terre et particulièrement, les familles, les enfants, les grands-mères et grand pères, le routeur, les routards, le facteur, la poissonnière, le voisin du dessus, et celui du dessous, l’épicerie turque du coin de la rue, le chien de ma sœur et le poisson rouge de mon oncle,….
Loick Peyron, marin qui fait mono dans les colos pour se faire un peu d’argent

Normal, la couleur verte Souris-Mermon créé un arc tensiomètre qui induit un courant générateur proportionnel au déplacement de la masse humide selon des abaques assez simples à définir, tout ceci étant accentué par la ligne de coque aux formes généreuses dans les courbes sont similaires au clapot piaulé de la Teignouse par un vent de NE… Bref à la hauteur d’un enfant de 4 ans.
Michel Desjoyaux dit le Prof.

J'ai reçu une lettre de la Présidence
Me
demandant, JP, vous avez du bon sens,
Comment faire pour enrichir le pays ?
Mettez des Souris-Mermon en vente dans les Monoprix.
Oh, Yeeeeaaaahhhh !
Antoine, navigateur presbyte.

Naviguer est une activité qui ne convient pas aux imposteurs. Dans bien des professions, on peut faire illusion et bluffer en toute impunité. Sur la Souris-Mermon, on sait ou on ne sait pas.
Eric Tabarly, marin taciturne

La Souris-Mermon, c'est la liberté, pas seulement le moyen d'atteindre un but.
Bernard Moitessier, marin guru

Pour savoir qu'une verre de rhum est de trop, encore faut-il l'avoir bu !
Olivier de Kersauzon, marin qui s'y connait


Le marin se distingue par son aptitude à pratiquer la sieste à toute heure, en tous lieux, par tous les temps. Car ce qui est pris n'est plus à prendre.
Hervé Hamon, marin pragmatique

La mer a cette capacité à nous faire rêver, même quand nous sommes à terre.
Je me doute que toutes les personnes qui suivent ce blog ne sont pas des entichés de l’embrun. Au fil des vagues, on se prend à avoir envie de se lancer dans le prochain Vendée Globe.
Dans 4 à 5 jours, nous refermerons la page de cette traversée que nous avons faite tous ensemble avec nos amis marins.
Si vous voulez habiller vos nuits de mer d’émeraude mais aussi du gris de la Manche, je vous recommande la lecture de cet excellent livre. Vous y découvrirez le plaisir de dormir dans une bannette humide avec des hauts de cœur, mais aussi celui des grands surfs qui portent vers le Marin.
Hervé Hamon : Besoin de mer.

news du jeudi 9 fevr

De toute évidence notre meilleure nuit, dans un vent de 25 à 30 nds, pas
mal de grains au début,et ce matin on est non localisé dans le classement
reçu, dommage. Le bateau va bien, on a rajouté une partie du génois au spi
à l'avant, çà stabilise le tout et çà cavale pas mal, comme un TGV pour
les avertis... on dort un peu le jour, (moins de vent) et pas beaucoup la
nuit, mais on en forme dans le run final et on ne lache rien
BIZZ Lulu et JP

mercredi 8 février 2012

Bulletin spécial

La Souris-Mermon pulvérise tous les records cette nuit et fait un saut à la 23ème place avec des vitesses ébouriffantes. Elle n'est plus qu'à 700 milles du premier bar à rhum. Elle rivalise avec les meilleurs.
Numéro spécial du blog ce soir !!!
Bonne journée

La Souris-Mermon a trouvé Césaire

Dans les airs tropicaux renforcés, la Souris-Mermon a retrouvé toutes ses ailes et nous fait un show éblouissant depuis plus de 24 heures. Pour lire la suite, vaut mieux chausser vos Ray Ban.
Tous les compteurs s’affolent avec des moyennes à 9 nœuds et elle pointe ce matin à la 34ème place (soit 12 places de mieux en moins de 48h) se retrouvant au coude à coude avec Buenavista !!!
A moins de mille milles de l’arrivée, tout ceci présage d’une fin de course ébouriffante.

C’est un vrai choc de civilisations … maritimes. Car les concurrents directs de la Souris-Mermon sont désormais des bateaux (de série), mais très affutés pour la course. Face à notre plan Lucas, c’est l’armada des JPK et autre Archambault qui font bloc pour éviter qu’elle ne se faufilasse aux avants postes. Y aurait-il une civilisation « maritime » supérieure ? 
Le Marathon de la banane est lancé et la plus grosse doit être accrochée aux lèvres de nos valeureux.

Visiblement à bord de la Souris-Mermon, tout se passe la nuit, alors offrons ce poème à nos z’héros, en avant goût de la civilisation d’outre mer :
 
Tam Tam de nuit
Train d'okapis facile aux pleurs la rivière aux doigts charnus fouille dans le cheveu des pierres 

Mille lunes miroirs tournants mille morsures de diamants mille langues sans oraison fièvre 

Entrelacs d'archet caché à la remorque des mains de pierre chatouillant l'ombre des songes 

Plongés aux simulacres de la mer 
Aimée Césaire

Ps : Les paris sont biens partis : (une chemise, une bouteille de rhum et 10 000 Deutsche Mark.
Qui fait monter les enchères ?

news du merc 8

9 nds de moyenne cette nuit, vent entre 18 et 25 nds, çà avance fort,,
vitesse entre 9 et 15 nds. La moyenne aurait due être plus élevée sans les
soucis de tangon qui décroche du bras toute la nuit. Résultat à 6 reprises
même procédure : affalage souvent difficile du spi, renvoi du génois,
pliage du spi, renvoi du spi, affalage génois et 20 mn de perdu à chaque
fois et peu de sommeil, on va régler çà ... Le bateau se comporte bien, on
est en confiance et bien sûr très prudents !!!
bises à tous Lulu et JP

mardi 7 février 2012

Les dessous chics

Ah ! Ah ! voilà un titre racoleur qui va faire du clic sur le blog.
La Souris-Mermon sur le dos
Et pourtant vous risquez d'être déçus, car comme le veut la règle de la Souris-Mermon : Pas de sexe à bord... du moins en course. Ce qui ne fera pas mentir l'adage du marin qui a une femme dans chaque port. C'est sans doute pour prévenir ces augures maritimes, que nos deux louves de mer vont s'envoler fin de semaine vers la Martinique pour accueillir les z'heureux.

La S-M se retourne pour montrer ses atours
Mais revenons aux dessous chics. Car si la Souris-Mermon a fière allure dans son habit d'académicien en goguette, il n'en n'a pas toujours été de même. De quelques planches de bois et de colle, la coque fut constituée, ce qui nous pousse à appeler Lulu, le Rodin du CP marin. C'est cet assemblage qui rappelle nos premières tour en Kappla qui porte nos valeureux au dessus de gouffres océaniques de plus de 4000 m de fond. Quelques millimètres de bois pour se protéger de toutes ces horribles créatures sous marines, le plus souvent logées dans nos esprits terriens.
Il fallait rendre hommage à la Souris-Mermon, en montrant ses dessous chics, et cela vaut bien plus qu'une pub pour Aubade.


La S-M se fait le maquillage
Quoique, reprenons quelques slogans de cette célèbre saga publicitaire : être son unique obsession ! C'est vrai !
Une autre Lui offrir un peu d'ivresse... Un max Max.
Une dernière Mettre à l'épreuve son self control... Vu les dernières nuits sous les rafales, ça roule et ça tangue...
Je m'arrête là, mais amusez vous à décliner les leçons d'Aubade et vous verrez que :
Vive la voile ! et pas le voile.

Bon où en sommes nous coté course. La Souris-Mermon a enfin touché les vrais de vrais alizés ce qui accélèrent sérieusement le rythme et il ne faut surtout plus qu’elle se pose de question. C’est tout schuss jusqu’au Marin. Son dernier soubresaut vers le NO lui ayant fait perdre quelques précieux milles sur ses proches rivaux. Je pense que le captain l’a bien compris, car il annonce clairement ce soir son programme : Tout droit et à fond les taquets. Et ça paye, car la Souris-Mermon fait au dernier pointage sa meilleure place depuis le départ, 37ème avec un compteur qui affole les albatros. Objectif être dans les 30ème, voire…

Un coquet intérieur. Merci de mettre les patins !
Gaffe tout de même, car deux bateaux ont perdu leur mat aujourd’hui. Pas de bobos, mais ils vont rentrer avec une voile qui ressemble à un string. Encore Aubade, décidément.

Et pour finir, j’ai contacté, en fin de journée, un des généreux sponsors de la Souris-Mermon qui était parti réfléchir sur une ile des Bahamas. Il est OK pour que l’on commence les paris et il a misé
10 000 Deutsche Mark (et oui va falloir s’y faire) pour une arrivée mercredi 15 février. Les paris sont bien ouverts.
Allez un dernier conseil, pour cette nuit mettez votre pyjama en laine polaire, ça caille dehors. Bon, pour le Aubade on verra aux Antilles.

News du mardi 7 février

Une nuit sans sommeil, beaucoup d'orages des manoeuvres, mais bon on est
en forme pour attaquer le run final, il y a du vent entre 15 et 25 nds, on
attendait çà, le bateau va bien à part quelques petits pb avec notre
hydro-générateur qui n'aime pas trop la vitesse.
tjrs pas de coryphène et là je crois qu'on va trop vite pour elles, donc
fini la pêche ...
tout va bien à bord. Bizz Lulu et jp

lundi 6 février 2012

Vivre au milieu de nulle part

Au pointage de 16 h, la Souris-Mermon pointait à 1260 milles de l'arrivée. Symboliquement, nos z'heureux marins avait "enfin" franchi le milieu de l'Atlantique. Je dis bien symboliquement car comme vous l'aurez compris la relativité est tout autre sur l'eau. Rien ne dit qu'ils arriveront dans 9 jours, soit aux alentours du mercredi 15 février. Même si la météo est désespérément ennuyeuse comme une énième rencontre Merkel-Sarkozy, on peut tabler sur un doux renforcement des alizés, ce qui s'annonce sur les 72 h à venir. Certains que les prochaines news seront teintées de plaisir façon beach boy période surfin' USA. De plus, ils vont bientôt toucher le gros North Equatorial torrent, courant de haute mer créé par la rotation de la terre qui poussera doucement la flotte vers le Marin avec bienveillance.
Allez ouvrons les paris - après tout, le captain bosse dans la finance :-) et je table pour une arrivée sur le mardi 14. Le tripot est ouvert !

Ce clair de lune romantique et salé cache un autre bonheur. Celui de franchir cette ligne imaginaire, où chaque vague rapproche au lieu d'éloigner. Bien sur, ça ne sent pas encore la terre, mais déjà on y pense. On sait que l'on entame la fin de l'aventure. C'est un bref sentiment, celui de quelques minutes, quelques heures. Fugace, mais terriblement présent.
A cheval entre le vieux et le nouveau continent, nos marins sont seuls au monde. Peut être aperçoivent t'ils la voile de Buenavista, un bongo 960 qui pointe à 4 mille devant l'étrave de la Souris-Mermon ? Mais en ce moment d'équilibre, on aimerait que tout s'arrête, être capable de rapprocher ces deux continents.. il suffit de tendre la main.
Oui romantique est cette journée du passage, de rêverie sera cette nuit de mer...

Mais attention, demain la course reprendra ses droits et la Souris-Mermon se mettra en chasse...
Bon vent

news du lundi 6 fev

la nuit passée comme on en aurait souhaité d'avantage, du vent de 20 à 25
nds, pleine lune,
la souris mermon qui cavale de surfs en surfs et au final la deuxième
meilleure distance parcourue de toute la flotte dans la nuit. c'est comme
çà qu'on voyait cette transat ... depuis ce matin le vent a à nouveau
baissé, pour reprendre ce soir, on l'espère; il faut être en forme la
nuit.
bises à tous et une petite pensée à tous mes collègues de boulot qui
suivent le blog, bon courage pour la semaine
lulu et jp

dimanche 5 février 2012

Les news du dimanche 5 février

une nuit très calme, ciel dégagé, peu de vent !!!et du coup faible vitesse
pour la souris mermon qui s'impatiente de retrouver les surfs sous spi.
Tout çà n'arrage pas notre classement. Ce soir un peu plus de vent de
prévu. C'est encore loin les Amériques ... On est à peine à mi parcours,
records de lenteur en vue sur cette édition? en attendant on pêche en
espérant une coryphène pour le diner.
Bizz à tous et en particulier à nos visiteurs Nantais des folles journées.
Lulu et JP

L'Albatros de Baudelaire, parabole pour la Souris-Mermon

En ce jour de repos neigeux, au sortir de la messe, une petite parabole pour expliquer les paroles douceâtres du Captain sur sa voilure, me semble bienvenue.
Car ce n'est pas la première fois que par ce temps de pétole, les flots portent les grommellements du Captain au delà de la ligne d'horizon.
Ainsi, tel l'Albatros de Baudelaire*, la Souris-Mermon aurait les ailes rognées ? Pourquoi ce bateau surpuissant avec les meilleurs marins de la flotte (Loick Peyron me le confirmait encore récemment... (interview prochainement), n'est il pas aux avant postes ?.



Revenons sur cette histoire d'IRC. Sur une course comme la Transquadra, ouverte à des bateaux de série, tout le monde ne part pas avec les mêmes chances. Il y a donc une jauge minimum et maximum pour pouvoir concourir. Ainsi je ne pourrais pas faire cette course avec mon petit Muscadet de 1963, idem pour Loick avec son Banque Populaire.
Lulu, l'architecte de la Souris-Mermon a voulu un bateau à la hauteur de la réputation du Captain, le briseur de vagues. Bilan, quand la Souris-Mermon sort sur son 31 (un peu comme Alex Thompson en Hugo Boss), elle déploie ses ailes immenses capables de la propulser entre deux bars, sans avoir le temps d'avaler son muscadet limé.

T'as trop de jauge, coco
Mais les malins organisateurs ont flairé la ruse et la Souris-Mermon a du passer dans la machine à laver avec un programme à 100 degrés propres à faire rétrécir sa garde robe. Tel l'Albatros, la Souris-Mermon fait donc cette course sous voilée. Grand voile rabotée, spi qui ressemble à la culotte de ma grand mère et ballasts condamnés. Et malgré toutes ces mesures dignes d'une TVA sociale maritime, la Souris-Mermon avec un ratio de 1.072 est encore dans la gamme haute des ... pénalités.
Les coeffs mini / maxi se situant entre 0.950 et 1,075.
Si vous êtes passionnés par ces histoires de quota et de jauge IRC, je peux vous envoyer les 50 pages de calculs obscurs. Migraine garantie pour les non matheux !

Comme disait l'autre, (c'est vrai que l'on est dimanche) les derniers seront les premiers. CQFD, si vous arrivez premier, cela ne veut pas dire que vous serez premier si votre jauge est trop forte.
Bref avant de devenir chiant, la Souris-Mermon est largement pénalisée dans le petit temps avec ses voiles ras la touffe. Ce qui aurait pu être un avantage en cas de gros temps, car elle pourrait tenir la toile plus longtemps.
Bref comme la pétole s'installe et qu'il est quasi certain que le vent à venir restera mollasson comme une banane qui est restée sur la plage arrière d'une voiture au soleil, nous n'en avons pas fini avec les grommellements du Captain. En attendant, ils traquent le moindre souffle. Cette nuit, ils ont fait du Sud, mais comme disait Corinne... faut savoir dire stop !!. Bref à 4h du mat, ils reprenaient de l'ouest !

Bon, on a encore une semaine à tenir et à soutenir nos valeureux. Alors soyez nombreux à publier...

Sur ce, je vais me faire la rouge de la Butte Montmartre

*L'Albatraos, Charles Baudelaire
Souvent, pour s'amuser, les hommes d'équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers.


A peine les ont-ils déposés sur les planches,
Que ces rois de l'azur, maladroits et honteux,
Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
Comme des avirons traîner à côté d'eux.


Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule!
Lui, naguère si beau, qu'il est comique et laid!
L'un agace son bec avec un brûle-gueule,
L'autre mime, en boitant, l'infirme qui volait!


Le Poète est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l'archer;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l'empêchent de marcher.

samedi 4 février 2012

NEWS du samedi 4 fev

ce matin grand soleil sur la flotte, mais pétole pour tous. on a traversé
une vaste zone orageuse depuis presque 2 jours avec de belles chevauchées
sous spi avec des pointes à 18 nds, mais aussi des calmes, beaucoup de
manoeuvres,et peu de sommeil, assez épuisant. aujourd'hui pour Lulu, c'est
atelier réparation du tangon, il sera opérationnel ce soir: trop fort. on
a 2 ou 3 bateaux juste devant nous dans le viseur ..
mais la pétole et notre voilure ...
bizz de lulu et jp

vendredi 3 février 2012

News du 3 février / quand on vous disait qu'ils avaient touché du vent !

On attendait du vent on est servi depuis hier soir,on traverse une grosse
zone orageuse avec un vent entre 25 et 30 nds, et çà avance très fort. En
fin de nuit sous une rafales à 30 noeuds on cassé le tangon et déchiré un
spi en l'affalant, pour le tangon on va réparer, lulu a tjrs une idée et
du matos, pour le spi on verra plus tard. depuis on marche à 10, 15 nds
sous code 5, voile magique. le vent doit baisser dans la nuit, on n'a pas
eu de positions des concurrents aujourd'hui.
bizz  à tous  lulu et jp

Le train de sénateurs

Grand moment de bonheur à bord de la SM, au moment où elle croque Hydrogem
Position stable sur la flotte depuis 24h. Mais avec le vent qui s'est un peu renforcé (damned 19 noeuds), la Souris-Mermon en a profité lâchement (j'entends déjà les huées) pour croquer Hydrogem (un JPK 960 - pour les mordus) qui était dans l'axe de son bout dehors depuis 36h. J'en connais à bord qui ne doivent pas être un peu fier.
Même si la Souris-Mermon glisse sur ces 8 noeuds de moyenne, il n'en reste que c'est pas demain que l'on va bouffer de la banane flambée au rhum. Et pour vous, comme pour votre humble chroniqueur, c'est un peu la double peine. Va falloir inventer des conneries au moins 4 ou 5 jours de plus, alors que mes neurones s'étaient programmés pour 15 jours. ceci dit cela à l'air de vous plaire, car on frise la petite centaine d’aficionados tous les jours !!! Et même qu'ils ne viennent pas que de la France. Comme on n'est pas Facebook, je ne trahirais pas d'où viennent les connexions.

Bref, pour passer le temps des alizés, vous allez bouffer du cours de voile, c'est certain. Hummm, un bon Glénans grillé sur son lit d'algues vertes. Allez demain punition et je vous cause du rating IRC, ceci expliquant cela..


Vrai que sur les 2700 milles à se fader, notre flotte n'en aura fait qu'un bon millier en une semaine. Quand on voit ce que l'on voit, que l'on entends ce que l'on entends et que l'on se rappelle que le record de l'édition Transquadra est de 13 jours, tout cela nous laisse présager des dégats collatéraux.
C'est la cirrhose assurée pour ceusses qui vont les attendre au Marin, et la maigritude certaine pour nos marins qui n'auront pas assez de bouffe. C'est cool d'embarquer Dukan à bord.
Quart de nuit à bord de Vagdespoir

Et pour finir sur une note souriante. Nos deux infortunés italiens sont désormais en sécurité sur Vagdespoir. Leur bateau gît par 4500 m de fond. La rumeur dit qu'ils ont emporté toutes les pastas et antipastis et qu'à bord on a un peu oublié la course.

C'est vendredi, suis pas encore bourré, alors je vous laisse...

News du vendredi 3

on attendait du vent on est servi depuis hier soir,on traverse une grosse
zone orageuse avec un vent entre 25 et 30 nds, et çà avance très fort. En
fin de nuit sous une rafales à 30 noeuds on cassé le tangon et déchiré un
spi en l'affalant, pour le tangon on va réparer, lulu a tjrs une idée et
du matos, pour le spi on verra plus tard. depuis on marche à 10, 15 nds
sous code 5, voile magique. le vent doit baisser dans la nuit, on n'a pas
eu de positions des concurrents aujourd'hui.
bizz à tous lulu et jp

jeudi 2 février 2012

Des nouvelles de l'équipage Cymba

Les deux équipiers de Cymba sont montés à bord du bateau  "Vagdespoir".

15h00 TU le 2 Février 2012

"Vagdespoir" a accosté "Cymba" par 28°09.30 N  28°18.24 W

Les deux équipiers de Cymba sont montés à bord de "Vagdespoir".
Ils ont déclaré au skipper de Vague de l’Espoir, Daniel Prévôt, qu’ils ne souhaitaient pas retourner a bord de Cymba.
Ils considèrent que le safran valide ne fonctionne pas correctement, leur bateau a fait beaucoup d’eau, ils demandent à rester ensemble sur Vagdespoir, et laissent leur bateau.
J’ai demandé à Daniel Prévôt d’aller à bord retirer le passe coque du loch, afin de le saborder, pour ne pas laisser le bateau dérivant présenter un danger pour la navigation.
Ce qui a été fait.
Les deux marins de Cymba sont en sécurité sur Vagdespoir et font route Martinique, comme Ondine et Cravan.
Fin des opérations.
Mico BOLO
Directeur de Course TRANSQUADRA

news du jeudi 2

Damned, on va tous à la même vitesse, il nous faudrait juste 5 petits
nds de vent de + pour faire la différence. Cette année l'alizé est mou
comme du flamby, tjrs < 15 nds et c'est comme çà presque jusqu'au bout, la
même chose au sud comme au nord, résultat :
- inutile d'aller tricoter au sud,
- les nordistes étaient gonflés d'y rester au nord dès le début car pas de
vent annoncé,
- pas ou peu de planning pour les bateaux comme nous,
Sylvie et coco auront le temps de gouter à quelques rhum avant notre
arrivée.
l'objectif reste quand même de bouffer tous ceux qui trainent autour de
nous, ce matin une cible en vue ...
tout va bien à bord bizzz à tous JP et Lulu

On a beau dire...

On a beau dire, mais la peur de la trique fait réfléchir et même la Souris-Mermon que l'on sait par nature rétive !!
Toujours est il que depuis le coup de semonce d'hier soir, elle grignote avec la régularité d'une gagneuse des places une à une. On espère qu'elle franchira la ligne des quarantième apaisants dans les heures qui viennent.


D'autant que se pointent dans leur c... une petite secousse venteuse qui devrait renforcer l'éole du coin qui frime en string depuis Madère.
Notre Souris-Mermon, handicapée par sa jauge de brute (on vous expliquera cela prochainement, dans une post édition spéciale), va pouvoir enfin se dégourdir le museau. Bon, ce ne sont pas une tempête du grand sud qui va frapper nos deux maillots de bain, mais tout de même un petit 16 à 18 noeuds de vent devrait permettre au captain de se faire bronzer aussi les dents.



Justement parlons élégance et coup de chapeau à Alex Thompson, qui nous fait la preuve que l'on peut faire de la voile en étant habillé très classe. Je ne vous communiquerai pas sa marque de costume. C'est tout de même plus seyant que le ciré jaune de Guy Cotten.






Mayday : on batifole, on batifole, mais la mer, même apaisée comme sur cette Transquadra, reste toujours imprévisible. Le bateau italien Cymba aurait heurté un OFNI et se débat avec une importante voie d'eau. Pas trop de souci pour l'équipage qui par ce temps clément sera récupéré par des bateaux de la flotte, mais leur beau SunFast 3200 risque de finir ces jours par 4000 m de fond.

Gaffe à vous les souriceaux...

mercredi 1 février 2012

Tout ce qui branle ne tombe pas (proverbe breton et de bon sens)

Tandis que nous, pauvres continentaux devons prendre chaque matin notre quart à grands coups de pic à glace, nos deux zigotos en profitent pour se prélasser en maillot de bain sur le pont.



Petit coup de zoom nikon sur leur course erratique de ces dernières heures qui ressemble de plus en plus à un gros spermatozoïde cherchant sa route après une nuit de fête très arrosée.

Bref il va être temps de mettre de l’ordre dans la cambuse. Et pour commencer, on va jeter (pas dans la mer merci)  cet ignoble bloc marine bourré de réclames pour le remplacer par un bon vieux almanach du marin breton. Car en 1899, en créant cet almanach, Jacques de Thézac faisait œuvre de bienfaisance en tentant de réduire l’alcoolisme primitif des marins-pêcheurs. Et on sait que nos compères sont adeptes de la pêche à la coryphène !!
Pour conclure ce quart d'heure historique, sachez que notre brave philanthrope créa aussi les abris du marin, lieu de formation, d’éducation et de protection pour les pêcheurs qui compensaient le roulis par la bouteille.
De bonnes et saines lectures de cet almanach sous la lampe tempête devraient permettre à nos marins de retrouver le droit chemin vers le … Marin.
Toujours est-il qu’il est grand temps que la Souris-Mermon quitte les positions frisant les cinquantièmes exténuants pour reprendre un classement du à son rang.

On leur donne une nuit pour se rattraper, sinon nous devrons sévir… et vite.
Aucune excuse ne sera acceptée, ni orage, ni manque de vent !
Kon se le dise.

News du 1er février

Cette nuit on a pris cher. Notre empannage de trop vers le sud d'hier soir
nous a conduit vers une zone sans vent puis sous un orage, qui nous fait
perdre 30 M d'un coup. ce matin on a un vent de 12 nds qui ne nous permet
pas de rattraper grand monde et tjrs pas d'alizée établi. notre idée de
victoire s'amenuise d'un coup. Mais on ne lache rien, la route est encore
longue... et la stratégie complexe.
sinon tous va bien à bord, bises à tous lulu et jp